l'heure du loup de robert mccammon


Note :  3.75/5
Un roman fantastique d'espionnage très bien écrit mais pas transcendant.

 

496 pages en version numérique.

 

Extrait :
"Plus tard, alors que les lumières du Caire s'éteignaient et que les premières lueurs de l'aube découpaient la silhouette énigmatique des pyramides, un être horrifié, entre l'animal et l'humain, vomit à longs traits des morceaux de chair humaine. Dans la maison de la comtesse Margritta où régnait à présent la mort, nul ne l'entendit pleurer tandis qu'ils se roulait en boule sur le sol pour chercher un repos qui lui était interdit."


Intrigue du roman :

 

Agent secret britannique, les états de services du Major Gallatin sont édifiants et en font l'homme idéal pour les missions les plus dangereuses. 
Alors lorsqu'en 1944, l'Américain Shackelton et l'Anglais Talbot viennent le voir dans sa maison isolée au fin fond d'une forêt du Pays de Galles, Michael sait que la situation est grave et qu'ils ont besoin de lui pour déjouer une nouvelle fois les plans d'Hitler.
Ce que les deux hommes ignorent c'est que Gallatin n'est pas juste d'une redoutable efficacité. Il est bien plus que ça. Son courage, sa force, son intelligence, son endurance à la douleur et sa capacité à se sortir des pires situations sont le résultat d'une constitution physique particulière qui fait toute la différence.
Le Major Gallatin accepte la mission. L'heure est venue pour l'homme-loup de reprendre du service. 


Critique :

 

L'action principale du roman se déroule début 1944 en pleine seconde guerre mondiale et nous fait voyager du Caire au Pays de Galles, en passant par la France et bien entendu l'Allemagne. Les références historiques (Hitler, Rommel, le nazisme, les camps de concentrations, les armes utilisées à cette époques-là, le types d'avions...) donnent une réelle crédibilité au récit.
Rien n'est laissé au hasard par Robert McCammon dans ce livre très détaillé. Certains descriptifs peuvent d'ailleurs être considérés comme trop poussés mais cela n'alourdit pas pour autant le texte. Tout au plus, pour quelques uns d'entres eux, peut on considérer qu'ils sont superflus et ralentissent l'action. 
Si le héros Michael Gallatin, est lycanthrope, il est aussi agent secret et cela prend le pas sur sa partie animale pourtant très intéressante, ce qu'on peut regretter. Les métamorphoses ne sont pas nombreuses pendant sa mission et son instinct ainsi que son magnétisme animal sont insuffisamment mis en avant à mon sens. J'en suis même venue à me demander quel était l'intérêt d'avoir intégré cette dimension fantastique au récit.
Hormis pendant les flash back du héros où l'on apprend les origines de sa lycanthropie et où celle-ci est très présente, sa condition de loup n'est pas vraiment exploitée et n'apparaît donc pas comme le nerf de ce roman, contrairement à ce qu'on pouvait espérer.
Gallatin fait plus penser à un James Bond, type Daniel Craig, torturé, mystérieux, charismatique, séduisant, fort et au mental d'acier, qu'à un loup-garou. On imagine aisément Bond dans ce genre de situation s'en sortir de la même façon.
L'écriture est agréable et très visuelle ce qui donne une vraie consistance à certaines scènes comme les combats ou les métamorphoses. C'est d'ailleurs assez impressionnant de réalisme. Même les mouvements et réactions du loup nous semblent palpables. 
En termes d'émotions et de sensations fortes on s'en prend également plein le nez, les tripes et le coeur.
La fin, quant à elle, n'est ni plus ni moins qu'une fin de roman d'espionnage banale et sans surprise.
Bref, " l'heure du loup " est un roman très bien écrit mais pas transcendant en raison d'une dimension fantastique sous exploitée. 



Écrire commentaire

Commentaires : 0

Mise en ligne le 3 juillet 2016

MAJ le 29 juillet 2016