BEL AMI DE GUY DE MAUPASSANT


 

Note : 5/5

Un régal comme souvent avec Maupassant.  

 

290 pages en version numérique. 

 

Extrait :

« Quoi ! tu veux que je prenne des gants pour te parler maintenant ! Tu te conduis avec moi comme un gueux depuis que je te connais, et tu prétends que je ne te le dise ? Tu trompes tout le monde, tu exploites tout le monde, tu prends du plaisir et de l’argent partout, et tu veux que je te traite comme un honnête homme ? » 

 


Intrigue du roman :


Georges Duroy est un jeune homme sans le sous qui rêve d’argent, de réussite sociale et d’amour. C’est ce qui l’a conduit, après plus de deux ans passés en Afrique en tant que sous-officier, à revenir au pays et à s’installer à Paris.

Malheureusement, au bout de 6 mois et n’ayant décroché qu’un poste d’employé aux bureaux des chemins de fer, les perspectives sont désastreuses et les fin de mois très difficiles.

Un soir d'été, alors qu’il n’a quasiment plus d’argent en poche, Georges Duroy rencontre Forestier, ancien camarade de régiment qui, contrairement à lui, dispose d’une  belle situation. Il ne le sait pas encore mais la chance vient de lui sourire. Son intelligence, sa capacité d’adaptation, son caractère opportuniste et son côté manipulateur vont faire le reste.
Quelqu’un a dit un jour que la chance est la rencontre d'un caractère et d'une opportunité. Georges Duroy, que beaucoup vont appeler affectueusement Bel Ami, va en faire plusieurs fois la démonstration. Mais jusqu’où ira-t-il ?


Critique :


Bel Ami est un roman à l’écriture rythmée et à l’environnement agréablement désuet.
Guy DE MAUPASSANT sait provoquer chez le lecteur la curiosité, par une succession d’événements d’une parfaite cohérence et un héros qui ne laisse personne indifférent quels que soient les sentiments qu’il inspire. Ces sentiments évoluent d’ailleurs au fil de l’histoire à l’instar de Georges Duroy, homme habile, doué d’une intelligence opportuniste redoutable et auquel on s’attache malgré ses travers.
Tous les autres personnages sont d’une grande richesse et rien n’est négligé, du détail des décors jusqu’aux odeurs, en passant par les atmosphères. Pourtant cela ne vient jamais alourdir le texte qui reste d’une fluidité étonnante et ce malgré la rareté des dialogues.
Maupassant arrive ainsi à retenir notre attention jusqu’au bout et à nous offrir une fin déconcertante, à l’image de Bel Ami, ce héros que finalement on aime détester et qui nous manque déjà à peine le livre refermé. 




Écrire commentaire

Commentaires : 0

Mise en ligne février 2016

MAJ le 29 juillet 2016