bubble - le jeu tome 3 (fin) - de anders de la motte


 

 

Note : 3.5/5
Une bulle qui fait pschitt. Une attente finalement inassouvie.

 

 

Extrait :
"L'écran devint soudain noir, mais HP ne parvenait toujours pas à en détacher ses yeux. Il demeura pétrifié, retint son souffle et attendit. Il faillit se pisser dessus quand le message apparut enfin :

Le moment est venu de te décider, Henrik ! Voici ta dernière mission. Veux-tu jouer à un jeu ? OUI ou NON ? "


Intrigue du roman :

 

HP l'a enfin rencontré. Il sait qui est le Maître du Jeu. Aucun doute. D'ailleurs, il lui a confié une mission. C'est bien une preuve, non ? Une dernière mission et après ils le laisseront tranquille. Tu parles ! S'il fait ce qu'on lui demande c'est un homme mort et s'il refuse c'est tout comme. Tant que Le Jeu existera il ne sera jamais libre et Becca sera toujours à leur merci, il n'a donc pas d'autre choix que d'anéantir la "bête". Pour ça, Henrik est prêt à y laisser sa vie. Rien ni personne ne l'arrêtera.
Quant à Rebecca, la lettre d'une banque lui révélant l'existence d'un coffre-fort à son nom et celui de HP va lever le voile sur des secrets du passé. Quel est leurs liens avec ce qui arrive à présent ?


Critique :

 

Me voilà arrivée au terme de la trilogie "Le Jeu" avec un dernier opus et un final plutôt décevant. Anders De La Motte nous a tellement conduit à imaginer un truc de dingue que la vérité est sans envergure. À trop vouloir nous en mettre plein la vue, il a provoqué une attente malheureusement inassouvie.
En fait, je m'attendais à être scotchée par ce bouquin et à tomber des nues devant LA révélation et bien non. Le dénouement n'est pas à la hauteur de la montée en pression provoquée avec Play puis Buzz.
Par ailleurs, l'explication tant attendue n'arrive pas dans une fin en apothéose mais est distillée tout au long du récit. Certes l'auteur continue à tenter de semer le doute dans notre esprit mais sans la dextérité et la réussite qu'on lui a connues en la matière sur les deux premiers tomes. J’ai trouvé que cela manquait d’influx.
Ces deux romans étaient par ailleurs remplis d'une foultitude de détails qui avaient tous leur raison d'être, plein de micro événements qui ont conduits à "Bubble" et dont il faut réussir à se rappeler. Pas simple. La vision d'ensemble reste donc un peu floue et certains points, en tout cas pour ma part, sont inexpliqués. On n'a pas en effet dans ce tome 3, un grand final d'explication où les vrais visages se dévoilent. On en a une esquisse, trop insuffisante à mon goût.
En outre, j'ai peu apprécié les quatre derniers mots du livre, ne sachant pas si c'est une sorte de boutade de la part du personnage qui les prononce ou si au contraire ils disent bien ce qu'ils veulent dire. Dans ce cas ce serait du grand n'importe quoi qui rendrait l'ensemble incompréhensible. Pourtant, la question reste posée et c'est carrément énervant. Non, en ce qui me concerne, je ne suis pas fan des révélations qui n'en sont peut-être pas.
S'agissant du récit en lui-même, je l'ai trouvé poussif avec pas mal de longueurs notamment sur les événements passés découverts par Rebecca. L'histoire semble tantôt piétiner, tantôt tourner en rond sur une bonne partie. Je n'ai pas retrouvé la dynamique du second tome qui m'avait emballée, ni même la curiosité propre au premier tome.
Le personnage de Rebecca ne s'est pas révélé comme je l'avais cru même si en fin de compte elle est déterminante dans le dénouement. Je ne comprends pas pourquoi, alors que le récit se découpe toujours entre d'un côté Henrik et de l'autre Becca, l'auteur ne nous a pas permis de suivre cette dernière dans ses déductions et l'élaboration de son plan. Si on en apprend un peu à la fin, je regrette le manque de précisions. C'est d'ailleurs curieux au regard du souci du détails et de la cohérence dont l'auteur avait fait preuve sur les deux opus précédents. C'est comme s'il avait un peu bâclé sa sortie, comme s'il voulait en finir et pour ce faire avait choisi de survoler certains faits.
Enfin, une précision sans grande importance sur la quatrième de couverture. Celle-ci évoque un baptême princier mais c'est d'un mariage qu'il s'agit. 
Bref, pour moi, cette bulle a fait pschitt comme je le craignais.


Avis sur " Le Jeu" - L'intégrale

Moyenne : 3.7/5

 

Une trilogie de facture très inégale :
- Play : un premier tome intéressant posant les bases d'une intrigue qui pourrait devenir addictive.
- Buzz : un deuxième tome palpitant et haletant faisant monter la pression et laissant présager un final en apothéose.
- "Bubble" : un dernier tome décevant au regard de l'attente.
L'idée de départ était pourtant très bonne et le rythme imprimé ainsi que la capacité d'Anders De La Motte à nous titiller et à jouer avec nos nerfs ont fait mouche une bonne partie de l'histoire, malheureusement avec le tome 3 ça fait pschitt.
Il nous a embarqué dans une histoire abracadabrantesque mais n'a pas réussi à remplir son contrat jusqu'au bout. Dommage.



Écrire commentaire

Commentaires : 0

Mise en ligne le 20 janvier 2017