seul le silence de roger jon ellory


 

 

Note : 4.25/5
Un thriller bouleversant et magnétique.

 

Extrait :
"La Mort vint ce jour-là. Appliquée, méthodique, indifférente aux us et coutumes ; ne respectant ni la Pâques, ni la Noël, ni aucune célébration ou tradition. La Mort vint, froide et insensible, pour prélever l'impôt de la vie, le prix à payer pour respirer."

 


Intrigue du roman :

 

Tout a changé pour Joseph Calvin Vaughan le mercredi 12 juillet 1939, dans la petite ville d'Augusta Falls en Géorgie.
Ce jour-là, alors qu'il n'a que 11 ans, la Mort, froide et insensible, est venue frapper à sa porte pour lui prendre son père. C'est la première fois qu'il la vit mais ce ne fut pas la dernière. La Mort est revenue, aussi régulière qu'un métronome, emporter ceux qu'il aimait et semer sur son passage les cadavres de petites filles. Toutes violées et tuées par un même homme. Une ombre, introuvable, frappant encore et encore, hantant Augusta Falls et les comtés alentours.
Mais c'est terminé. Il ne tuera plus. Ce tueur fou dénué de toute humanité, ne tuera plus, car Joseph vient de le tuer à son tour. Enfin il sait. Il sait qui a commis toutes ses atrocités qui ont torturé son esprit et son âme pendant si longtemps. Il connaît la vérité. A présent, tout est fini.

Blessé et agonisant, c'est le moment pour Joseph Calvin Vaughan de remonter le temps et de nous raconter son histoire. Cette histoire qui a commencé le 12 juillet 1939. Il y a plus de trente ans. Une vie, une quête. 


Critique :

 

"Seul le silence" est un roman percutant par son intrigue, ses personnages et la qualité de l'écriture de Roger Jon ELLORY.

Le récit est nostalgique, sombre. Il a quelque chose de poétique. 
L'histoire prend aux tripes dès les premières lignes, comme cet auteur sait si bien le faire (voir dans la catégorie polars : Les Anonymes).

R.J. ELLORY tisse autour de nous une sorte de toile d'araignée de laquelle il nous est impossible d'échapper.

Il nous capte par une écriture profonde, fluide, poignante, douloureuse. Il a un sens du phrasé et du rythme incroyable et on se délecte en le lisant.
La puissance de l'écriture mêlée à la force de l'histoire et à un héros charismatique, nous emportent vers un ailleurs, en d'autres lieux et d'autres temps. 
Les souffrances de Joseph Vaughan, ses peurs, ses craintes, ses questionnements, ses larmes, ses cauchemars, son sentiment d'impuissance deviennent les nôtres. Comme Joseph, nous savourons les quelques moments de répit qui lui sont accordés, espérant qu'ils soient annonciateurs d'une libération. Comme lui nous espérons et rêvons parfois.
A l'instar du héros, les autres personnages son intelligemment construits et subtilement dosés.
Tout est cohérent, tout a du sens, tout est crédible. 
Il n'y a aucun temps mort dans le récit, juste quelques moments de paix toute relative, des moments si précieux et tellement fugaces qu'ils contrastent magnifiquement avec la pesanteur du reste. 
Je dois cependant mettre un bémol sur le dénouement du roman. La fin est en effet trop rapide. La sortie est ratée et c'est dommage. On regrette que le dernier chapitre ne soit pas aussi inspiré et profond que les autres.
Malgré cette légère déception, cette biographie d'un homme qui poursuit une ombre est époustouflante. En refermant le livre, il ne reste plus que le silence... seul le silence.
Un thriller bouleversant et magnétique. 




Écrire commentaire

Commentaires : 0

Mise en ligne le 9 juin 2016